Cathédrale de Reims

La cathédrale a subi de nombreux bombardements et destructions importantes (19 septembre 14, printemps 15, attaques répétées jusqu’en 18).
Pas moins de 380 obus sont tombés dessus, aussi nous nous devions de mettre en avant ces événements. C’est à travers des biscuits de Reims, dont la réputation n’est plus à faire, que nous avons vécu  ces moments importants.

Cette fois-ci, 2 vidéos car l’événement est important.

Liens vers Youtube http://youtu.be/OKFxagQhpQ8 et http://youtu.be/r58FuNqt-Go

cathédrale de reims
Cathédrale de Reims

 

 

1er janvier 15

Lettres à sa femme 1914-1917 d’Henri Barbusse Edition Buchet-Chastel

1er janvier 15.
  C’est ce matin, enfin, que je reçois deux lettres de vous, deux chères et gentilles lettres où vous me parlez de mon départ. Moi aussi, je pense continuellement à vous et je règle, non seulement toutes mes actions, mais aussi toutes mes idées, selon vous et en vous considérant. Quelle joie j’aurai de vous revoir! En attendant, il faut patienter gentiment et énergiquement.

  On quitte ce soir la tranche. Quelle vie! La boue, la terre, la pluie. On en est saturé, teint, pétri. On trouve de la terre partout, dans ses poches, dans son mouchoir, dans ses habits, dans ce qu’on mange. C’est comme une hantise, un cauchemar de terre et de boue, et vous ne sauriez avoir idée de la touche que j’ai; mon fusil a l’air d’être vaguement sculpté dans la terre glaise. On part pour le repos à la nuit tombée.

1er janvier 15.
  Cette nuit, nous avons entendu, en face de nous, les Allemands chanter leur hymne national et l’hymne autrichien, avant de nous canarder. Ce soir, on quitte la tranche pour le cantonnement, qui est changé, paraît-il.

 

 

Trêve de Noël

Comme dans toutes les guerres, un temps d’arrêt lors des fêtes religieuses quelle que soit la religion. Répit avant la mort ou les blessures, avoir la foi en l’avenir !!! ou seulement célébrer ensemble d’être encore en vie. En y réfléchissant bien, cet état d’esprit est celui de tout un chacun, en temps de guerre comme en temps de paix.
L’Illustration, revue de l’époque, nous donne quelques pépites sur cette fin d’année 14, aussi les voici.

L'Illustration N° 3740   7 novembre 1914
L’Illustration N° 3740 7 novembre 1914

Pour dépister les Boches, je prends un sapin…un sapin qu’ils ont dû repérer pour nous tirer dessus, et je vais le planter 150 mètres plus loin!

L'Illustration N°3746  19 décembre 1914
L’Illustration N°3746 19 décembre 1914

Noël aux armées (Souscription des Enfants de France).
Dessin de Maurice Neumon, dont une reproduction sera adressée aux soldats de tous les régiments de France, le 25 décembre, avec les 1 600 000 paquets de tabac, les 600 000 cigares et les 33 500 kilos de chocolat, acquis avec les 420 000 francs reçus de 4 200 000 enfants des écoles et lycées qui ont souscrit chacun 10 centimes.

Mise à feu – 14 décembre 14 Campagne de Champagne

15 décembre

La IVe armée française lance l’offensive en Champagne. Guerre des tranchées (650 km), de la mer du Nord à la Suisse. Cette campagne se poursuit jusqu’en mars 15, nous aurons donc l’occasion de faire plusieurs mises à feu.

Cette campagne a été particulièrement meurtrière, au même titre que la guerre qui se déroule actuellement au Soudan du Sud (Centre-Est de l’Afrique). Pour ne pas perdre vue que ces mises à feu sont un prétexte historique pour relier les guerres entre elles, et donc l’absurdité de ces dernières, voici quelques chiffres sur ce qui se déroule au Soudan Sud. Guerre civile depuis un an et nous en sommes à 50 000 morts (voire 100 000 morts), 2 millions de personnes déplacées et 6 millions d’habitants qui dépendent de l’aide humanitaire. La cerise sur le gâteau, selon l’UNICEF il y aurait 12 000 enfants-soldats (au total dans les 2 camps et non pas par camp, c’est au moins ça!).