Carnets de Gaston Leblanc, prisonnier

Gaston Leblanc né le 3 octobre 1884 à Dyé dans l’Yonne (89). Agriculteur. Il se marie quelques mois avant la guerre, le 11 avril 1914 avec Madeleine Château à Ancy-le-Libre, part à la guerre, est fait prisonnier et revient dans sa ferme aux Mulots (dans l’Yonne, à côté de Tonnerre) après la guerre. Il a ensuite 3 enfants, Marcelle  née en 1919, Jean en 1924 et Pierre en 1929.  Il est décédé le 31 janvier 1957 .

Des notes ont été mises en fin de texte afin d’apporter quelques précisions.

http://videlaine.com/misesafeu14-18/wp-content/uploads/Gaston-Leblanc-carnets-de-guerre-revu.pdf

 

 

2 réflexions au sujet de « Carnets de Gaston Leblanc, prisonnier »

  1. La lecture est intéressante, je continue !
    Pour le terme « bien appuyée par les sabors (?) marourins (?) » Je pense qu’il s’agit des sabords et des marsouins. Marsouins est l’appellation triviale des militaires servant dans l’infanterie de marine des troupes de la marine française, ex-infanterie coloniale.

    Le terme est opposé à « bigor ».
    Bigor vient de l’ordre, bigues hors !, ordre donné pour l’ouverture des sabords, volets le long de la coque des navires derrière lesquels se tenaient les canons. Le temps aidant, l’expression s’est transformée en « bigors » et a donné son nom aux artilleurs des navires.

  2. Des commentaires reçus dans ma boîte mail:

    Ça sonne drôlement juste! Merci

    Ce témoignage est émouvant je trouve bien qu’il se livre à un compte rendu très précis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *