campagne de Champagne

Un petit point sur la bataille de Champagne

La bataille de Champagne, première bataille de Champagne est une offensive des armées françaises contre les armées allemandes en région Champagne lors de la Première Guerre mondiale. L’offensive commence le 14 décembre 1914 et se poursuit jusqu’au 17 mars 1915.
Nous n’avons pas eu l’occasion de commémorer ce “dernier” jour le 17 mars.

La Première Guerre mondiale ne dure que depuis six mois et l’étendue des pertes humaines est sans précédent dans l’Histoire. Rien que sur le front occidental, les Français, les Belges et les Britanniques ont perdu plus d’un million d’hommes, dont une grande majorité de Français. Les Allemands comptent environ 675 000 soldats tués, blessés ou disparus au combat.

Paris, Copenhague mêmes libertés

Aujourd’hui une mise à feu. Nous avons eu une pensée particulière pour les victimes de Copenhague. Anne et Pierre sont partis à Copenhague en décembre et ont rapporté…des allumettes, une contribution à cette grande aventure.

Ce soir, c’est au travers de ces allumettes que nos pensées vont au victimes de Copenhague et à la liberté.

Boîtes d'allumettes danoises
Boîtes d’allumettes danoises

Mise à feu – 14 décembre 14 Campagne de Champagne

15 décembre

La IVe armée française lance l’offensive en Champagne. Guerre des tranchées (650 km), de la mer du Nord à la Suisse. Cette campagne se poursuit jusqu’en mars 15, nous aurons donc l’occasion de faire plusieurs mises à feu.

Cette campagne a été particulièrement meurtrière, au même titre que la guerre qui se déroule actuellement au Soudan du Sud (Centre-Est de l’Afrique). Pour ne pas perdre vue que ces mises à feu sont un prétexte historique pour relier les guerres entre elles, et donc l’absurdité de ces dernières, voici quelques chiffres sur ce qui se déroule au Soudan Sud. Guerre civile depuis un an et nous en sommes à 50 000 morts (voire 100 000 morts), 2 millions de personnes déplacées et 6 millions d’habitants qui dépendent de l’aide humanitaire. La cerise sur le gâteau, selon l’UNICEF il y aurait 12 000 enfants-soldats (au total dans les 2 camps et non pas par camp, c’est au moins ça!).