Archives pour l'Auteur : Catherine Videlaine

L’Armistice

C’est grâce à l’exposition L’Armistice au château de Vincennes que j’ai appris que l’armistice du 11 novembre avait été signé pour 36 jours, renouvelable le 12 décembre 1918 puis prolongé jusqu’au 16 janvier 1919 et enfin le 16 février pour une durée illimitée.
http://videlaine.com/misesafeu14-18/exposition-larmistice

Livre de la signature de l’Armistice

Dernière Mise à feu : 10 novembre 2018

Soirée mémorable, car soirée de la dernière Mise à feu.
Quatre années depuis la première, environ 30 000 allumettes-fantassins sacrifiées!

Dernier acte : Une marmite(!) contenant des allumettes-fantassins brûlées renversée sur le champ de bataille, comme linceul.
Une rose déposée en mémoire de tous ces sacrifiés.

Pour rappel: les 96 derniers poilus tués le 11 novembre 1918 ont été déclarés morts le 10 novembre. En effet, il était impossible de parler de sacrifiés le jour de l’Armistice…

Des lectures, toujours choisies avec justesse, d’Anne Leblanc et Pascale Maillet.
Merci à elles

« Pour lire sous la douche » de Pierre Cami.

« J’irai cracher sur vos tombes » Boris Vian

 

 

Les cloches mises en fond sonore viennent de l’enregistrement des cloches de l’église de Villejuif, le 11 novembre 2018!

Combiner-des-résultats-1

Mise à feu à la médiathèque l’Echo du Kremlin-Bicêtre

Ce soir, vendredi 9 novembre, avant-dernière mise à feu à la médiathèque l’Echo. Cette mise à feu a été suivie du documentaire « Rendez-vous au monument aux morts » dont Jacquie Chavance -présente lors de cette soirée- est l’auteure.
Ce documentaire fort intéressant nous permet d’analyser te de voir autrement les monuments aux morts qui couvrent notre pays.

Mutineries de Kiel : Manifestations le 4 novembre 1918

Bundesarchiv_Bild_183-R72520,_Kiel,_Novemberrevolution,_Matrosenaufstand.jp

Les Mutineries de Kiel éclatent au début de novembre 1918 et préludent à l’effondrement de l’Empire allemand et à la fin de la Première Guerre mondiale. Elles s’ouvrent sur le refus des marins de quelques navires de la flotte stationnée dans la rade de Wilhelmshaven, d’appareiller pour combattre la Royal Navy. Compte tenu de la mutinerie de plusieurs équipages, le commandement ordonne le retour de la IIIe escadre à Kiel, où les ouvriers prennent aussitôt fait et cause pour les marins. Il s’ensuit une insurrection régionale : partis de Kiel, les troubles révolutionnaires gagnent bientôt les grands centres urbains et marquent le début de la Révolution allemande de 1918-1919, avec pour conséquence immédiate la chute de la monarchie en Allemagne et la proclamation de la République.

 

 

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mutineries_de_Kiel

Les infirmières en 14-18

Conférence le 25 octobre d’Isabelle Vaha et lectures de lettres d’Olivier Bonnin

Des précisions pour la conférence…

68 000 infirmières de toutes catégories ont été mobilisées sur le front de la Grande Guerre auxquelles s’ajoutent les religieuses.
Olivier BONNIN, journaliste auprès des travailleurs sociaux, nous plongera, dans un premier temps, dans la lecture de lettres de Poilus adressées à leurs familles. Celles-ci font état d’un terrible quotidien traversé par la chaleur et le froid, le jour et la nuit, les balles et les obus, au rythme incessant de la mort.

Puis, Isabelle VAHA, sociologue-doctorante, évoquera quelques aspects de la vie des infirmières de la Grande Guerre et ce qu’on ignore parfois, leur statut de « Gueules cassées » qu’elles partagent, d’une manière inégalitaire, avec les militaires.