Boîtes d’allumettes

Merci à Anne(s), Anne-Marie, Catherine, Cécile, Colette, Daniel, Diane, Denis, François, Jean-François, Juliette, Karim, Ludovic,Marie-France, Mathilde, Michèle, Nathalie, Olivier, Pascale, Pierre, Siméon, Valérie, Vincent, Zandrine

Quelques éléments complémentaires :

Deux boîtes se répondent : elles représentent deux soldats pendant et après la guerre.

L’une est peinte en noir à l’intérieur et en rouge vif à l’extérieur ; l’autre est peinte en noir l’extérieur et en rouge à l’intérieur, avec un point noir central.

La première est un soldat mort au front : son sang s’est répandu à l’extérieur de son corps. Sa vie, ses désirs, ses amours, ses colères, tout ce qui pouvait être symbolisé par du rouge, se sont dispersés sur un champ de bataille ou dans un son uniforme tâché et tant que les survivants se souviennent de son existence. Le rouge l’accompagne dans la tombe. Il ne reste de lui que son cadavre, la mort représentée par la couleur noire ayant pris possession de son intérieur. Ce qui en faisait un être vivant n’est plus que vide et nuit sans étoile.

La deuxième boîte est un soldat survivant. Il est encore en vie après l’épreuve du feu : son sang est toujours à l’intérieur de son corps. Il a vu ses compagnons mourir, il porte le deuil à l’extérieur. Plus intimement, la mort et la nuit se sont infiltrés en lui : son cœur est devenu vide, il est contaminé par la mort dans son sang, dans sa chair et dans sa vie.

boîte d’allumettes allemande de l’époque ; à noter, toutes n’ont pas la même largeur ni même une forme tout à fait identique
 
colis à Paul Clavelie, prisonnier en Allemagne ; le récépissé postal est au dos
 
boîte de biscuits Piou-Piou  ;  Le biscuit Piou-Piou est un biscuit sec brun foncé, nommé “dessert national” par la biscuiterie  Pernot-Dijon. La boîte est aux couleurs de la France, avec une cocarde à chaque coin. Sur le biscuit, est écrit “piou piou”.
  
Pour l’exemple ; articles 209-210-213-214 du code de justice militaire

A noter : Aucun officier supérieur condamné pour incompétence criminelle.