Destruction de Bailleul

Dans la nuit du 12 au 13 avril 1918, des bombardements ont détruits Bailleul . La mère d’Olivier Querouil avait 11 ans, elle est partie comme réfugiée sur les routes.
http://videlaine.com/misesafeu14-18/temoignages/sur-la-destruction-de-bailleul/

Une mise à feu pour se souvenir de cette fuite. Actuellement, en Syrie des bombardements, des réfugiés sur les routes, des réfugiés qui frappent à notre porte…

Voici le texte qu’Olivier a écrit pour cette mise à feu:
http://videlaine.com/misesafeu14-18/wp-content/uploads/Bailleul-avril-20181.doc

Exposition Niel Beloufa au palais de Tokyo : L’ennemi de mon ennemi

Vue cet après-midi l’expo de Niel Beloufa sur la propagande, très intéressante. Trouvé dans l’exposition cette sculpture représentant les ennemis…puis ces œuvres exposées entre 1916 et 1917 au Petit Palais.

“… Musée des atrocités allemandes. Les œuvres du patrimoine national sont exposées comme des victimes: statues démembrées, morceaux d’architectures défigurées, livres transpercés, objets liturgiques ou civils venus du front et ruiné…tentent de démontrer que si les pertes humaines sont une violence inévitable dans un conflit, les pertes patrimoniales relèvent d’une barbarie propre à l’enneml allemand…”*

* extrait du cartel de l’exposition

23 mars 1918 : Paris bombardé

Premiers bombardements par des canons longue protée sur Paris, 23 mars 1918.

Quelques articles avec des titres forts…

“C’est un canon boche tirant à 120 kms qui a bombardé Paris”

“Des femmes et des enfants qui priaient dans une église assassinés par un obus boche”

Histoire de France à travers les journaux du temps passé

Histoire de France à travers les journaux du temps passé / des femmes et des enfants...

Histoire de France à travers les journaux du temps passé / canon à logue portée

Vidéo de la mise à feu

 

 

Poèmes et sculpture de Cyrille Bosc

En cette journée internationale de la poésie voici plusieurs poèmes sur 14-18

La perplexité du tirailleur

La perspective du tir
Tiraille de l’intérieur
Le type tout droit
Qui veille à l’extérieur.

Des tics lui dictent
De se tenir droit.

L’éthique du supérieur
C’est la trique et
Le pied au postérieur.

Tout ça le serre
Du plexus au fond
Du cœur

Car en plus il a peur.

Il est perplexe, le tirailleur…

http://cyrilleboscsculpteur.blogspot.fr/


Tchin- tchin 

A ta santé bon papa !
C’est comme ça qu’on t’appelait
Même si tu ne l’étais pas !

A ta santé bon papa !
 
Aujourd‘hui regardant ton portrait
Dans les tranchées.
On savait vivre
En ce temps là ! 

Ça fait cent ans
Tu te rends compte
Bon papa ? 

Et t’es toujours là,
Accroché au mur
A l’abri des shrapnells,
Beau comme un bourgeois  

Que tu n’étais pas ! 

A Verdun t’étais !
A dire vrai,
Je ne suis pas ! 

Tu fumais la pipe !
J’ai essayé,
C’est fini ce temps là ! 

Tu cuisinais comme un dieu,
Je fais du rata…
Tu te rappelles ? 

Ça devait te faire du tracas ! 

Bon anniversaire quand même
Pour ce que tu as fait là ! 

Ça vaut bien 

Un coup 

De tafia !


Poilus   

Obtus,
Pointus,
Obus nous sommes ! 

Poilus,
Artois, maladroits
Verduns et envers soi
Nous sommes ! 

Et l’on nous somme
D’être
Polis, policés
Lissés en somme !  

Alors qu’obliques
Obligés
Laconiques et compliqués
Simples soldats… 

De la vie
Nous sommes… 

Retranchés… 

Sur nos buts. 

Vivants.         


Cimetières 

Ah !
Pauvres perdus,
Dans la foule vendue
Aux offrandes vulgaires
Nous voguons. 

Ah !
Défendus,
Vulgate ordinaire,
Dans l’absence convenue
Des affronts. 

Oh !
Au front de nos vues
Les cours imprévus
De ceux qui font,
Comme bien entendu
Que nous mourrons. 

Eh !
Et nous mourons,
Pauvres perdus,
C’est entendu,

Sur les os
De ceux que nous n’avons pas
Défendus.

 

 

 

Les brosses en état de guerre

Exposition au Moulin de la Brosserie Saint-Félix avec le soutien de la Fédération de la Brosserie.

Inauguration du 8 Avril 2018
de 15h à 18h

Ouvert les 1er et 3ème dimanche du mois
Visite de 15h à 18h

Dossier de presse
http://videlaine.com/misesafeu14-18/wp-content/uploads/La-brosse-en-état-de-guerre-Communiqué-de-presse.pdf

 

Dans les conflits récents, 30 % des soldats sont blessés au visage

Regardé cette semaine “La chambre des officiers” de François Dupeyron. Film sur les gueules cassées de la 1ère guerre mondiale. L’occasion de parler des blessés de la face.

Sophie Delaporte  dans son livre “Visages de guerre” parle de l’évolution de la prise en charge et des traumatismes psychologiques qui en découlent.

Article du Monde en PDF